couv61217419

 

 

Publié par Pocket 

945 pages

9,50 euros

première publication VO: 2015

première publication VF: 2016

traducteur: Elsa Damien

titre original: La gang dei sogni

 

 

Résumé:

 

New York ! En ces tumultueuses années 1920, pour des milliers d’Européens, la ville est synonyme de « rêve américain ». C’est le cas pour Cetta Luminata, une Italienne qui, du haut de son jeune âge, compte bien se tailler une place au soleil avec Christmas, son fils. Dans une cité en plein essor où la radio débute à peine et le cinéma se met à parler, Christmas grandit entre gangs adverses, violence et pauvreté, avec ses rêves et sa gouaille comme planche de salut. L’espoir d’une nouvelle existence s’esquisse lorsqu’il rencontre la belle et riche Ruth. Et si, à ses côtés, Christmas trouvait la liberté, et dans ses bras, l’amour ? 

 

Commentaire:

 

Je continue ma découverte de Luca Di Fulvio avec ce nouveau roman qui a d’excellentes critiques sur Livraddict. Si j’ai aimé (voir adoré) mes lectures précédentes, je ressors plus mitigée de cette lecture.

L’histoire en elle-même est bien. Elle a tous les ingrédients pour me plaire: des personnages auxquels la vie n’a pas fait de cadeaux et qui luttent pour trouver leur place et leur bonheur; une période très intéressante (New York dans les années 20), des portraits de femmes fortes (ah Cetta!),… Mais j’ai eu un problème avec la façon dont est racontée l’histoire. J’ai trouvé le style froid, presque clinique. Il y a peu de moments où j’ai été prise par l’émotion. Pourtant les personnages vont en baver, presque trop pour certains. Si j’ai été émue par le sort de Ruth au départ, j’ai fini par la trouver antipathique à la fin. Heureusement le personnage de Christmas, qui est clairement le personnage principal, occupe le devant de la scène et on se focalise sur lui et ses compagnons. Mais même lui n’a pas réussi à me faire oublier l’absence d’empathie pour l’histoire. De plus j’ai trouvé le personnage de Bill très caricatural…

Le point positif du roman c’est la découverte des débuts de la radio et du cinéma parlant (même si on aborde peu ce sujet; ceux qui ont lu le livre comprendront). Toute la partie sur la radio m’a beaucoup intéressé. C’est bien de voir les débuts, de voir la main mise des grands patrons sur les programmes qu’il faut diffuser.

Le gang des rêves c’est aussi l’apprentissage de la vie pour les jeunes gamins des quartiers pauvres de New York qui font face à la violence et aux gangs tous les jours. Pas facile de s’en sortir et de devenir quelqu’un de bien. Quand on découvre Cetta dans les premières pages et quand on tourne la dernière page, la différence est énorme.

Un ressenti vraiment en demi-teinte… Si l’auteur avait su insufflé une âme et des émotions à son histoire, je pense qu’on ne serai pas passé loin du coup de coeur. Mais au vue des éloges de la page du roman sur Livraddict, je suis un cas isolé. Si vous avez aimé les autres romans, vous devriez aimé aussi celui-là!

 

 

 

 

 

 

Lecture en août 2021

Lecture dans le cadre du challenge Pavé de l’été 2021

pave-2021-glaces-moy

 

Page récapitulative chez Brize

 

 

 

Du même auteur:

 Les prisonniers de la libertéLe soleil des rebelles;