Blackmail Blues de Chris Diehl

 

couv49063655

 

 

 

 

Publié par Editions du Toucan 

270 pages

18 euros

première publication: 2017

 

 

 

Résumé:

 

Tom Riley et Tess Lorenzi sont officiers de police au bureau des homicides de Las Caidas, en bordure du Pacifique. Depuis plusieurs années, ils mènent leurs enquêtes en binôme et leur relation, parfois ambiguë, fait souvent jaser le commissariat. Mais par-delà une possible attirance, c’est bien l’élucidation des crimes qui ont lieu sur le comté qui les mobilise.

 

Comme celui de cet homme, David Pounds, retrouvé noyé et contusionné un matin au bord de l’eau, à Lakewood. Il dirigeait une société de services informatiques et semblait mener une vie quelque peu « dissolue ». Voitures de sport, bijoux, voyages, multiples conquêtes féminines et affaires pas toujours très orthodoxes, en un mot le portrait du parfait flambeur. Sa mort serait-elle liée à une vengeance amoureuse ? Une dette de jeu ? Ou au contraire, Pounds aurait-il joué les maîtres-chanteurs ?

 

Pour Riley et Lorenzi, la liste des ennemis potentiels se révèle presque aussi longue que les plages de Californie. Mais le temps presse car les statistiques sont formelles : un crime qui n’est pas résolu dans les trois premiers jours a de fortes chances de ne jamais l’être… 

 

 

Commentaire:

 J’avais lu le premier roman de Chris Diehl il y a quelques années: Enola Game. Roman que j’avais beaucoup apprécié. C’est donc avec plaisir que j’ai accepté de recevoir ce service presse. Blackmail blues est un roman radicalement différent du premier. On passe dans le roman policier, version américaine. Il y a du bon et du mauvais dans ce roman.

C’est un roman prenant, intéressant. On est pris dans l’enquête de Tom et Tess. L’histoire est suffisamment complexe pour qu’on ne trouve pas le coupable avant la fin. L’auteur sait y faire pour raconter une bonne histoire.

Le seul défaut que j’ai trouvé à ce roman c’est l’insistance de l’auteur à nous montrer que nous sommes aux états-unis. Des termes anglais ponctuent son texte et cela fait très artificiel. Si au début ça passe, sur la longueur c’est énervant.

J’ai fini par passer outre ce détail et apprécier ma lecture. Je lirai avec plaisir le prochain roman de l’auteur.

 

 Merci aux éditions du Toucan pour cette lecture.

 

Lecture en mai 2017

Du même auteur:

Enola Game