couv5832951

 

 

Publié par les éditions Hauteville 

707 pages

9,90 euros

première publication VO: 2019

première publication VF:  2021

traducteur: Agnès Jaubert

titre original: The Huntress

 

 

Résumé:

 

1944. L’Union Soviétique est le seul pays possédant une escadrille de femmes bombardiers. L’intrépide Nina Markova et ses compagnes, les « Sorcières de la Nuit », défendent le ciel contre les nazis. Mais quand Nina s’écrase en territoire ennemi et se trouve confrontée à une impitoyable meurtrière, sa vie ne tient qu’à un fil.

 

Hanté par les horreurs de la guerre, le journaliste anglais Ian Graham se lance dans la traque des criminels de guerre nazis. Une dangereuse cible persiste néanmoins à l’esquiver.  Une tueuse connue sous le nom de « La Chasseresse » – et seule Nina, une des rares à avoir réussi à lui échapper, peut servir d’appât.

 

 

 

 

Commentaire:

 

Direction la Seconde Guerre Mondiale et les années qui ont suivi…

Nous allons suivre deux lignes temporelles. Tout d’avoir, les années de guerre avec l’histoire de Nina, pilote de chasse russe qui fait partie des rares femmes à avoir combattu dans les airs. Nous la suivons depuis son départ de son petit village de Sibérie jusqu’au moment où elle va croiser la route de la Chasseresse.

Dans la seconde ligne temporelle, nous suivons Ian, Tony et Nina qui traquent la Chasseresse, une ancien criminelle de guerre nazi. Leur quête va les mener à croiser la route de Jordan, jeune bostonienne.

Comme à son habitude, Kate Quinn nous propose une plongée dans un épisode historique tout en mettant en scène des femmes fortes. Nina tout d’abord qui doit se battre pour pouvoir voler dans la Russie de Staline. Elle ne vit que dans les airs. C’est une écorchée vive qui lutte pour sa survie dans une Russie où il vaut mieux éviter les dénonciations. Même en temps de guerre, les héros de la nation risquent la mort ou la déportation en cas de doute. J’ai adoré le personnage. Elle n’a pas sa langue dans sa poche et elle sait être très touchante. Pour moi, c’est l’héroïne du roman.

Avec elle, on retrouve deux autres personnages féminins: Jordan et sa belle-mère Anneliese. Si Anneliese est un personnage fascinant, j’ai trouvé Jordan plus fade. Certes elle s’implique dans la quête mais je ne sais pas, il manquait quelques choses. Anneliese est un personnage ambivalent. On ne sait jamais sur quel pied danser avec elle. On aimerait la détester, mais on n’y arrive pas vraiment. C’est là une réussite de la part de Kate Quinn.

Toute la partie actuelle concerne la traque d’une criminelle de guerre nazi. Et j’ai beaucoup aimé cet aspect là. On connait les grandes traques de criminels, ceux qui étaient au pouvoir, ceux qui ont commis les pires atrocités. Ceux dont les procès ont eu un retentissement international. Mais ici, l’équipe de Ian traque les « petits » criminels. Ceux de moindre importance si on peut s’exprimer ainsi. Les gardiens de camps, les allemands qui ont spoliés les Juifs, ceux qui ont tué « quelques » personnes,… Ceux-là sont également coupables d’avoir participer à un génocide et à des crimes de guerre. Mais l’opinion public semble vouloir les oublier. C’est intéressant de voir comment 5 ans après la fin de la guerre, on fait tout pour oublier les atrocités. En Allemagne d’une part, où la population ne veut plus en attendre parler. En Amérique d’autres parts où le gouvernement ne souhaite pas savoir si des criminels de guerre se cache sur son territoire. Pour le reste du monde, je ne me prononcerai pas car le roman n’en parle pas.

L’Homme a une capacité à vouloir oublier au plus vite les atrocités commises. « C’est bien malheureux, mais c’est du passé. » est une phrase qui résume bien la situation. J’ai aimé que Kate Quinn mette en lumière ces chasseurs de nazi et leurs combats pour les faire juger. Car là est tout l’enjeu de la traque, les juger pour qu’ils soient reconnus coupables et responsables de leurs actes. Bref une partie qui m’a beaucoup intéressé et captivé.

L’histoire en elle-même est fluide et agréable à lire. J’apprécie toujours autant le style de l’auteure. J’ai aimé le petit clin d’oeil à son roman précédent, Réseau Alice, avec l’apparition d’un personnage connu des lecteurs.

Il me tarde maintenant de lire son nouveau roman sur la Seconde Guerre Mondiale, sur les décrytpteuses de code de Bletchley Park  

 

 

 

 

 

Lecture en août 2022

 

Lecture dans le cadre du challenge Pavé de l’été 2022: 16

pave-2022-250

 

Page récapitulative chez Brize

 

 

 

De la même auteure:

"Série Rome" La Maîtresse de RomeL'Impératrice des sept collinesLes héritières de RomeThe three fates;

"Série Les Borgias" Le Serpent et la PerleLa Concubine du Vatican.

Le réseau Alice;