Les enfants de Dynmouth de William Trevor

 

 

9782752909466-135cd

 

 

 

Publié par Phébus 

237 pages

20 euros

première publication: 1976

traducteur: Marie-Odile Fortier-Masek

titre original: The children of Dynmouth

 

 

Résumé:

Cynique, pervers et sans complexe, le jeune Timothy Gedge s’introduit chez ses voisins dans l’idée de détruire la fade tranquillité de leurs jours et de leurs nuits. Gosse inquisiteur, il les épie, les harcèle et lance d’affreuses rumeurs… et bientôt, c’est toute la paisible ville de Dynmouth qui connaît la terreur.

Voici ce que raconte l’adolescent sur son voisinage : le capitaine Gordon Abigail est prétendument attiré par les jeunes garçons ; Mrs Dass et son mari n’ont rien fait pour éviter la rupture définitive avec leur fils unique ; Mr Plant lorgne les femmes et en trousse certaines ; pire, le père de Stephen a sans doute tué sa première épouse. Oui, c’est ce que clame à qui veut l’entendre et souvent aux intéressés eux-mêmes le diabolique Timothy.

Mais dans ce qu’il raconte, insinue ou affirme, où est la part de mensonge et où se trouve la vérité ? Fantasmes ? Vengeance ? Ou grande détresse ? Qu’est-ce qui entraîne Timothy à détruire ainsi les paisibles habitudes des habitants de Dynmouth ?

 

 

 

 

Commentaire:

 J’ai choisi ce roman par hasard à la médiathèque sur la base du résumé. Je m’attendais à une peinture cynique d’une petite ville. J’ai été un peu déçue. Je m’attendais à quelque chose de plus incisif. 

On suit plusieurs personnages qui vont subir l’incursion de Timothy dans leurs vies. Chacun va réagir différemment. Je n’ai pas aimé le personnage de Timothy  (mais c’est sûrement voulu par l’auteur), il est dérangeant. C’est le grain de sable qui va déranger la vie bien rangée de la ville de Dynmouth.

Une lecture en demi-teinte mais qui a le mérite de m’avoir découvrir un nouvel auteur. Il va gratter le verni d’une petite ville, et ça j’adore!

 

 

Lecture en octobre 2018